Archive for the ‘Pêche du bord’ Category

Le meilleur moment de la marée pour pêcher…

20 décembre 2009

Afin de mettre les chances de son côté, il convient de tenir compte du moment de la marée lors de la prévision d’une partie de pêche. Bien que le coefficient de marée joue lui aussi une importance de taille, le moment de la marée est encore plus déterminant sur l’activité du poisson.

Plage

Plage

En digue, la marée haute est toujours un peu plus poissonneuse car la hauteur d’eau est plus importante, le poisson se sent plus en sécurité. Cependant, les résultats sont régulièrement bons à marée basse. La pêche est plus facile à marée basse car il y a moins de courant, mais c’est aussi plus difficile pour relevé un beau poisson.

Jetée du Clipon

Jetée du Clipon

Depuis la plage, c’est plutôt la marée basse qui donne de meilleurs résultats, les gros poissons restent toujours dans les trous à marée basse, assez loin du bord. A marée haute, les poissons se rapprochant du bord diminuent en taille, les gros spécimens restent souvent en as de plage.

Plage de St Pol

Plage de St Pol

Il faut savoir qu’entre une marée basse et une marée haute il y a environ 6h. Au milieu de cette période, soit 3h avant la marée haute (ou 3h après la marée basse), il se passe 30 minutes durant lesquelles le courant est nul (on appelle ce moment la renverse de courant), le temps qu’il change de direction (est-ouest à marée descendante, ouest-est à marée montante).

Depuis la Plage

Depuis la Plage

Le poisson se nourrit toujours lorsque le courant est actif, car il draine le fond et remue la nourriture. Les meilleurs heures pour pratiquer sont donc 2h avant et 2h après la marée basse, il en est de même à marée haute. A éviter donc de pêcher en plein milieu de marée, lors de la renverse de courant…

Pêche dans le bassin minéralier – Dunkerque

23 septembre 2009

Le bassin minéralier de Dunkerque offre de belles possibilités de pêche, tout particulièrement lorsque la mer est trop agitée pour pratiquer depuis la plage.

Bassin Minéralier

Bassin Minéralier

Riche en poissons, le bassin héberge mulets, bars, anguilles, flets et tacauds en nombre, mais aussi merlans, limandes, vives, daurades royales, rougets et de nombreuses autres espèces.

Au milieu du bassin, la profondeur peut atteindre les 20 mètres, et il n’y a jamais de courant sauf lorsque les remorqueurs positionnent les navires de commerce.
Navire Minéralier

Navire Minéralier

Il est possible de cibler certains poissons selon un type de pêche prédéfini.

La plus amusante est sas aucun doute la pêche de bordure avec une canne très sensible. Les prises sont essentiellement les bars, mulets et flets. Pour ce qui est des montages, 2 empiles suffisent largement, assez fines en moins de 30 centièmes et en fluoro carbone de préférence. Le corps de ligne, 50 centièmes maximum et taille 8 pour les hameçons.

Pêche en bordure

Pêche en bordure

L’appât roi est incontestablement la demi dure, ou néréide rouge qu’il convient d’enfiler sur l’hameçon par 2 ou 3 afin de former une jolie grappe très aguicheuse.

Demi dure ou néréide rouge

Demi dure ou néréide rouge

Enfin, la pêche s’effectue dans les 20 premiers mètres, avant le tombant menant aux 20 mètres de profondeur. Préférez une canne très sensible afin de détecter au mieux les touches et de pouvoir ferrer à temps.

Combat

Combat

Enfin, évitez de consommer le poisson attrapé, les eaux du bassin sont chargées en métaux lourds…

Flet

Flet

Remise à l'eau

Remise à l'eau

Pêcher la sole dans le Nord

16 septembre 2009

La sole se rapproche de la côte dès le mois de mars. Néanmoins, elle ne se nourrit pas encore à cette époque puisqu’elle vient frayer. Apres cette étape, généralement début mai, elle devient plus active et commence à se nourrir. On la capture donc les mois d’été, de préférence au coucher du soleil et de nuit, jusque début septembre.

Sole

Sole

La sole aime la grosse arénicole fraiche (vers de côte) ou petite (appelée vers d’eau localement). En revanche, elle n’apprécie guère les grosses bouchées. On préférera de petits morceaux de vers de côte, ou 2 petits vers d’eau par hameçon enfilés à l’aiguille afin de préserver leur aspect juteux.

Petites arénicoles

Petites arénicoles

De ce fait, on prendra soin d’utiliser des hameçons de petite taille. Du n°6 convient parfaitement. Pour ce qui est du montage, ne pas hésiter à employer 3 empiles assez longues (70-80 cm chacune), la sole vivant en banc il n’est pas rare de remonter un doublet, voir triplet pour les plus chanceux. De nuit, il est possible d’employer des nylons colorés, mais ceci reste du détail. De manière générale, un nylon transparent convient dans toutes les situations.

Doublet de Soles

Doublet de Soles

La sole aime particulièrement les fonds comportant de jolis « tombants », c’est-à-dire en bordure de trous, chenaux, jetées… mais également à l’embouchure d’estuaires. Comme la majorité des poissons, elle est plus active lors de gros coefficients de marées, il y a alors beaucoup plus de courant ce qui l’incite à se nourrir.

Sole plage de St Pol

Sole plage de St Pol

Soles

Soles

Soles

Soles

Pêche de la raie en Bretagne

15 septembre 2009

La Bretagne comporte de nombreux spots propices à la pêche de la raie, de belles plages de sable avec de nombreuses zones de roche, autour desquelles les raies tournent pour trouver leur nourriture.

C’est du côté de Saint Malo que je me suis rendu afin de cibler ce poisson de sport.

Mon montage se compose d’une seule empile de 80 cm type « trainard coulissant», monté assez gros en nylon de diamètre 50 centièmes, hameçon fort de fer 5/0 (éviter l’inox, en cas de casse ou lorsque l’hameçon a été trop engamé, le poisson parviens difficilement à s’en défaire).

Appât Ficelé

Appât Ficelé

Pour ce qui est des appâts, la sardine constitue une superbe bouchée (une demi sardine suffit) pour les grosses raies. Il est nécessaire d’employer du fil élastique afin de renforcer la tenue de l’appât à l’hameçon. Toutefois, les petites raies (jusqu’à 3 kilos) apprécient volontiers le lançon. Il arrive parfois d’en piquer en pêchant la daurade grise au lançon sur le fond !

Vidée d’une raie de 3 kg

Petite Raie Bouclée

Petite Raie Bouclée

Ce séjour aura été réussi avec la capture de 3 raies de 6 kilos chacune, ainsi que quelques petits spécimens, tous repartis à l’eau…

Vidéo d’une raie de 6 kg

Raie de 6 kg

Raie de 6 kg

Raie de 6 kg

Raie de 6 kg

Pêche du bar en surfcasting dans le Nord

15 septembre 2009
Bar Franc Plage de Malo

Bar Franc Plage de Malo

Présent sur nos plages principalement les mois d’été, le bar se trouve principalement dans les roches, surtout lorsque la mer est calme. Par coup de vent, il monte volontiers sur les plages jusque dans les rouleaux à marée haute. Même si ses appâts préférés restent le crabe (mou de préférence) et la crevette (bouquet), il se laisse volontiers tenter par de belles arénicoles fraiches (appelées vers de côte, vers noirs ou encore bocards dans le Nord-pas de Calais).

Grosse Arénicole

Grosse Arénicole

J’insiste particulièrement sur le fait que les appâts doivent être frais,  car monsieur le bar n’apprécie guère les appâts vieux de plusieurs jours.

Bar Franc

Bar Franc

Mon montage se compose de 2 empiles longues munies chacune d’un hameçon longue tige n°4 Gamakatsu (Ref. LS-5013F), une empile en trainard de 70 cm située juste au dessus du plomb et une autre sur le haut du montage, près de la boucle.

Hameçon Gamakatsu Ref. LS-5013F

Hameçon Gamakatsu Ref. LS-5013F

Un petit plus consiste à ficeler les appâts avec du fil élastique spécialement prévu à cet effet. Cela permet de préserver la tenue de l’appâts lors de la pénétration du montage dans l’eau, notamment lors des lancers appuyés.

Fil Elastique

Fil Elastique

Mettez les chances de votre côté en privilégiant les zones de roche.

Frédéric BAUDIN Médaille de Bronze Individuel et Champion du Monde par Equipe – Labenne, France 2007

14 septembre 2009

Il m’aura fallu 4 années d’équipe de France Espoir pour monter sur le podium individuel tant convoité par ces excellents compétiteurs venus de toute l’Europe ! Après 16 heures de pêche réparties en 4 manches, je termine médaille de bronze en individuel et champion du monde par équipe ! Ce dernier titre est le résultat du travail acharné d’une équipe soudée et conviviale assoiffée de victoire.

Médaille de Bronze Individuel

Médaille de Bronze Individuel

Mes coéquipiers William VERNAY, Jean-Philippe BARBIER, Jonathan GAMBIER, Roanne DESEILLE et moi-même nous sommes battus jusqu’à la dernière minute pour décrocher cette 1ère place méritée. Malgré une première manche assez moyenne sur laquelle nous terminons 4e sur les 7 nations (pour cause des conditions de mer plutôt favorables aux pays méditerranéens), nous réalisons ensuite le sans faute en plaçant l’équipe 1ère, 2e et 1ère de nouveau lors des 3 manches suivantes.

Médaille d'or

Médaille d'or

Voici le récit de ces 4 manches que j’ai vécu, parfois sous forte pression !

Manche d’entraînement : mercredi 19 septembre 2007 – plage nord de Labenne

Je débute cette manche officielle d’entraînement complètement détendu et assez serein, je sais que ce jour tout compte pour du beurre, même si cela permet de se donner une idée de ses adversaires. J’échoue dès les premiers relevés petits marbrés un à un. Viennent ensuite un petits bar de 32 cm puis un mulet de 423 gr, le coup de canne suivant je décroche un second mulet de taille identique. Heureusement il s’agit de l’entraînement car un coup comme cela en compétition ferait monter l’adrénaline !

Je termine alors cette manche avec une 15e de poissons pour 1.8 kg sans forcer, 3e de zone et confiant pour la suite.

Bar de 32 cm

Entrainement plage Nord de Labenne

Entrainement plage Nord de Labenne

Mulet de 423 gr

Manche d'entrainement plage Nord de Labenne

Manche d'entrainement plage Nord de Labenne

J’en perdrai un second dans la vague, heureusement ce n’est que l’entrainement.

1ère manche : jeudi 20 septembre 2007 – plage du Métro à Tarnos

Le coup de pétard est donné, la compétition commence. Le stress est très présent et tous les compétiteurs de ma zone y compris moi commencent la pêche très près du bord, dans les 10 premiers mètres. Cette distance avait été très payante lors des entraînements. Mais aujourd’hui il en est tout autre puisqu’au bout de 20 minutes aucun poisson n’est pris ! Tout le monde se regarde, mon portuguais de gauche essai un lancer vers les 30 mètres et cela paie, il sort le 1er marbré. Je riposte aussitôt en sortant un poisson de taille similaire. Ailleurs, rien ! Soudain il en sort un second dans la même heure puis les autres voisins se mettent à pêcher quelques petits poissons pas bien lourds. Il me faudra attendre 1h35 pour prendre mon 2e poisson ! Je termine donc avec seulement 2 poissons et me classe 4e de zone sur 7. A cet instant je sais que la place de champion du monde me passe sous le nez, le challenge étant de terminer quatre fois dans les 3 premiers de zone pour atteindre la marche suprême.

Mer d'huile, peu propice au poisson

Mer d'huile, peu propice au poisson

2e manche : vendredi 21 septembre 2007 – Plage du VVF à Capbreton

D’entrée, une mer très formée avec une barrière de rouleaux à 100 m d’environ 1.5 à 2 m de hauteur par moment.
Je me retrouve sur une place non favorable et ce sont mes voisins de gauche qui font un festival d’entrée ! La 1ère heure le portugais me sort 12 poissons contre seulement 2 pour ma part ! Je savais au fond de moi que la manche était perdue et qu’il fallait envisager quelque chose d’autre pour revenir dans la course et revenir au moins dans les 3 premiers de zone.
Il reste alors 2h, je décide de tenter le tout pour le tout et de laisser mes voisins pêcher au bord les petits sars et bars mouchetés en lançant le plus loin possible de grosses bouchées d’appâts.

Le début se passe très mal puisque 2 jets ski débarquent devant moi et font les “CONS” dans les vagues à moins de 100 m en manquant d’embarquer ma canne en frottant le fil. J’étais fou et à la fois abattu de ne rien pouvoir faire pour sortir un poisson !

Finalement je pris mon mal en patience et la dernière heure se passa mieux que prévu puisque les jets ski se sauvèrent.

Je réussis finalement à sortir 3 poissons plus jolis que mes adversaires qui me font prendre la 3e place de zone, une chose inespérée ce jour là j’avoue, et même à 40 gr du 2e.

Je sors coup sur coup un griset de 34 cm, un bar moucheté de 26 cm et un autre de 32 cm ! J’en avais presque les larmes aux yeux tellement je n’y croyais plus !

Plage du VVF de Capbreton

Plage du VVF de Capbreton

3ème manche : plage d’Ondres

Je n’ai pas de photos de cette manche malheureusement puisqu’il pleuvait ce matin là, la mer était démontée avec une barrière de rouleaux de 2 à 3 metres à 100 m du bord. Je savais alors que ma pêche commençait et que les autres compétiteurs auraient beaucoup de mal à faire face à ces conditions, les 2 jours précédents étant plutôt des pêches pour les méditerranéens.
Je remporte effectivement ma zone avec 18 poissons pour 1.4 kg, essentiellement des petits marbrés et petits bars contre seulement 2 poissons pour mon voisin le portugais !
Mission accomplie, le podium se rapproche puisque à la fin de cette manche je suis 4e ex aequo au classement général avec un anglais et 5e au départage.

4ème manche : plage sud de Labenne

Il s’agit de la plus terrible niveau stress, mon voisin de gauche est l’espagnol qui est 2e au classement général. Il a trop d’avance pour que je lui prenne sa place, seule la médaille de bronze est encore jouable, mais à condition que je remporte la zone sinon ce sera son coéquipier 3e au général qui conservera la place.

4e Manche Plage Sud de Labenne

4e Manche Plage Sud de Labenne

Tout commence au bout de 30 secondes de pêche : une superbe touche à 20 m du bord, c’est un mulet ! Il arrive dans la vague, je le travaille quand soudain un énorme paquet de mer de 1.5 m s’écrase au bord sur mon montage et le mulet, lorsque la vague se retire plus de mulet !!!! Les “BOULES” ! Ça commence bien et je me dit que ce ne sera pas pour cette fois le podium, je n’ai pas la “BARAKA” !

Au 2e lancer, mon fil dérive chez le voisin qui râle et me demande de relever. Je relève aussitôt donc pour ne pas le gêner et nos 2 montages arrivent sur le bord légèrement mêlés avec 3 poissons. Le stress s’empare de nous pour savoir à qui reviennent les poissons, il y a une superbe ombrine de 37 cm à la clé… Après 2 minutes de démêlage, je lui fais constater que le gros poisson est à moi, ainsi qu’un 2e plus petit. C’est reparti ! La chance est finalement en ma faveur et tout repart à zéro, j’ai alors 500 gr d’avance.

Le poisson est mesuré avant d'être remis à l'eau

Le poisson est mesuré avant d'être remis à l'eau

Au 3e coup de canne, coup du chapeau puisque je sors un bar de 35 cm ! Incroyable c’est finalement mon grand jour et le voisin se prend 1 kg de poisson en 20 minutes. Je peux enfin respirer et commencer la pêche de petits poissons pour faire le nombre, je termine finalement 1er de zone avec 15 poissons pour 1.9 kg contre 1.620 kg pour mon voisin l’espagnol le 2e de zone. Je suis médaille de bronze et la vice-capitaine m’annonce que mes coéquipiers ont tous bien travaillé en se classant respectivement 1er, 2e, 2e et 3e de zone ! Nous sommes alors champions du monde et nous retrouvons au bord de l’eau pour un bain collectif par un magnifique coucher de soleil.

Médaille de Bronze Individuel et médaille d'or par Equipe

Médaille de Bronze Individuel et médaille d'or par Equipe

Article Presse Le Phare Dunkerquois

Article Presse Le Phare Dunkerquois

Article Presse Sud Ouest

Article Presse Sud Ouest

<a href= »http://www.blogpopulaire.com/ &raquo; target= »_blank »><img src= »http://www.blogpopulaire.com/images/bouton8831.jpeg »></a&gt;

Pêche de la morue du bord dans le Nord

14 septembre 2009

L’hiver, il s’agit sans aucun doute de notre poisson préféré dans le nord, tant par le combat que par sa qualité gustative. Hélas, malgré les quotas imposés de plus en plus strictes, ce poisson est en voie de disparition. Il serait temps de réagir plus que rapidement…

Morue

Morue

Pour nous les pêcheurs amateurs à la ligne en bord de mer, c’est devenu presque miraculeux de réaliser une pêche de morues. Les spécimens qui, il y a encore 20 ans atteignaient facilement les 3 kilos du bord, sont aujourd’hui inespérés.

De nos jours, un poisson de cette espèce dépassant le kilo est considéré comme une “belle prise” ! Nous courrons à la catastrophe. Les quelques morues attrapées lors de mes dernières sessions me laissent sceptique quant aux possibilités de mes futurs enfants à en attraper à leur tour un jour.

Il semblerait que le Bar soit depuis quelques années le poisson qui remplacera la morues ces prochaines années, un poisson qui il y a 25 ans se faisait rare d’après d’anciens pêcheurs retraités. Un petit merci à la ferme aquacole ainsi qu’a la centrale nucléaire de Gravelines qui constituent un vivier pour ce poisson.

Revenons sur ce fameux poisson qui est la morue.

Morues

Morues

Elle aime la profondeur et les zones encombrées comme les épaves ou les enrochements artificiels ou naturels. Friande de vers de côtes frais, il ne faut pas lésiner sur les bouchées présentées. La fraicheur de l’appât est également une composante essentielle.

Les sensations procurées par ce poisson sont fortes ! A mon sens, la morue livre un plus beau combat que le bar à taille égale. Hélas, il est très difficile de pouvoir remettre à l’eau les juvéniles qui engament souvent très profond, et avec de tels hameçons les blessures ne pardonnent pas.

Morue Plage de St Pol

Morue Plage de St Pol


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.